TRICHESS

, par chessnaute-master

Pour que le jeu d’échecs à trois puisse être digne de l’esprit des échecs classiques à deux, il fallait impérativement que la stratégie, la logique et la réflexion priment sur la force du nombre.

Pour que le jeu d’échecs à trois puisse être digne de l’esprit des échecs classiques à deux, il fallait impérativement que la stratégie, la logique et la réflexion priment sur la force du nombre.

A l’opposé des jeux de hasard, les échecs classiques ont été conçus pour que deux adversaires affrontent leur capacité de réflexion à armes égales dans un espace de jeu de 64 cases. Introduire un troisième participant impliquait d’une part d’élargir l’espace de jeu d’un nombre proportionnel de cases (soit 64 + 32 = 96 cases) et d’autre part d’imposer une règle simple tenant compte de la nouvelle configuration du jeu et du troisième concurrent en lice, tout en respectant la condition nécessaire suivante : le jeu d’échecs est un jeu de réflexion et non un jeu de hasard ou de diplomatie.

Voir en ligne : TRICHESS